Volontariat en Afrique du sud: du développement

Les CyberVolontaires au Centre de Volontariat du Cap
08 mars 2005

En décembre 2004, ICV Afrique du Sud, hébergé par le Centre de Volon-tariat du Cap, a organisé une réunion du Bureau de la Société Civile du Sommet Mondial sur la Société de l'Information, financée par la francophonie et l'UIT. ICV Afrique du Sud se prépare maintenant à l'accueil de cyber-volontaires qui travailleront dans le domaine du VIH/SIDA.

MĂȘme si l'Afrique du Sud est souvent considĂ©rĂ©e comme les Etats-Unis de l'Afrique depuis la fin de l'apartheid, le pays se voit confrontĂ© Ă  d'Ă©normes dĂ©fis:  l'un des taux les plus Ă©levĂ©s du monde de sĂ©ropositivitĂ©, et le SIDA et de chĂŽmage parmi les jeunes vivant dans les quartiers pauvres pour n'en citer que quelques-uns. C'est pour ces personnes que le Centre travaille. Lors d'une visite au bureau du Cap, nous avons parlĂ© de coopĂ©ration avec le Programme CyberVolontaires.

La formation de volontaires est l'une des activitĂ©s principales du Centre de Volontariat du Cap. Pour amĂ©liorer le travail des volontaires bien sĂ»r, mais aussi pour contribuer au dĂ©veloppement de l'Afrique du Sud. "Le volontariat ne peut pas ĂȘtre vu autrement que liĂ© au dĂ©veloppement," a affirmĂ© Shaida, coordinatrice du recrutement pour le Centre. "Peu de jeunes peuvent aller Ă  l'universitĂ©, le volontariat est donc un moyen pour eux de se former. Si les jeunes s'investissent dans le volontariat, le Centre a le devoir de s'assurer qu'ils peuvent dĂ©velopper leurs compĂ©tences et apprendre de nouvelles choses."

Beverley, responsable de l'administration et de la gestion de projets, est entiĂšrement d'accord. "L'un de nos succĂšs est que nous formons ici des volontaires possĂ©dant des compĂ©tences et ces compĂ©tences peuvent ĂȘtre utilisĂ©es Ă  bon escient."

Les cyber-volontaires peuvent-ils alors, grĂące Ă  des compĂ©tences spĂ©cifiques en TIC, aider Ă  la formation des volontaires moins habituĂ©s aux ordinateurs et Ă  la technologie? C'est certainement ce que pense Deline van Boom, Directrice du Centre de Volontariat du Cap. Le Centre a dĂ©sespĂ©rĂ©ment besoin de quelqu'un ayant le temps et les compĂ©tences pour refaire son site web afin de le rendre intĂ©ressant pour le public visĂ©. "Notre site web est terriblement dĂ©passĂ© et j'ai mĂȘme arrĂȘtĂ© d'en parler Ă  qui que ce soit," a reconnu Deline. De plus, le Centre pourrait bĂ©nĂ©ficier d'un coup de pouce pour la modernisation de sa base de donnĂ©es, et, encore plus important, pur l'actualisation des compĂ©tences techniques des volontaires. Les Ă©tudiants du Cap apportent leur aide au travail liĂ© aux TIC, mais seulement quand ils ont le temps-- ce qui reprĂ©sente moins que ce dont le Centre a besoin.

Dans un pays disposant de personnesdotées de compétences en TIC, l'une des conditions est cependant que les cyber-volontaires locaux travaillent main dans la main avec les internationaux. En effet, c'est un moyen pour eux de faire quelque chose pour leur environnement, d'acquérir de l'expérience et également de montrer ce dont ils sont capables. Jan, coordinateur d'un programme international de jeunesse introduit en Afrique du Sud par Jeunesse Canada Monde, a souligné: "Il est important que, quelque soit le programme international, il puisse permettre de renforcer les capacités locales et ne les met en aucun cas en danger."

Au vu de tous ces éléments, le Pro-gramme CyberVolontaires mettra donc l'accent sur le transfert de compétences dans la région du Cap et pour le Centre de Volontariat en particulier.

©1998-2020 ICVolunteers|conception + programmation mcart group|Mis Ă  jour: 2019-01-28 10:52 GMT|Notre politique|