Diversité Linguistique et Culturelle dans le Cyberespace

Irene Amodei, Sarah Webborn, Spanish translation Tahona
12 novembre 2006

"La langue est le medium qui permet tous les √©changes suscit√©s par la soci√©t√© de l'information. La langue est un medium fondamental de toute communication, le fondement gr√Ęce auquel les individus et les collectivit√©s s'expriment que ce soit sous la forme d'une tradition orale ou d'un texte √©crit."
Mesurer la Diversit√© Linguistique sur Internet,  Institut des Statistiques de l'UNESCO

Si nous admettons la position de l'UNESCO que "l'éducation numérique est un component essentiel de la transition à une Société de l'information inclusive", il devient évident qu'une telle éducation devrait remplir le critère éthique fondamental du respect pour la diversité culturelle et linguistique, et ainsi éviter l'ethnocentrisme et le colonialisme implicite des technologies.

Le monde numérique devrait-il fournir un environnement favorable pour le plus grand nombre de langues? Devrait-il assurer une vraie inclusion digitale de toutes les langues? Certains vont plus loin et prétendent même que le choix de communiquer dans sa langue maternelle pourrait aussi être considéré comme un droit fondamental. L'anglais est la lingua franca mondiale et représente 72% des pages web, surtout à cause de l'orientation politique et commerciale des télécommunications et des fabricants d'ordinateurs et des autorités qui régissent l'Internet. Est-ce que le fait que l'anglais soit dominant sur le web signifie que l'uniformité gagne sur la diversité?

Le d√©bat sur le futur des langues sur la toile est √©norme, pol√©mique et loin d'√™tre r√©solu. Si quelqu'un fait remarquer le besoin de cr√©er des ponts de navigation entre les langues dans l'espace num√©rique, raisonnant, comme Claudio Menezes, Senior Specialist du Programme, que "d'un c√īt√©, les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) - courrier √©lectronique, SMS, t√©l√©, t√©l√©phone, fax, sites web, blogs, listes d'abonn√©s, messagerie instantan√©e, bases de donn√©es, etc. - peuvent √™tre un instrument pour la communication entre des communaut√©s linguistiques diff√©rentes ; de l'autre c√īt√©, (elles) peuvent aussi √™tre un facteur de renforcement de la marginalisation des langues dans le cyberespace" d'autres r√©pondent que la conservation de langues en danger n'est pas un probl√®me que devraient r√©soudre les TIC, parce qu'une "langue qui n'a que peu de valeur n'est que peu utilis√©e, et une langue peu utilis√©e a peu de valeur."

Reliant les probl√©matiques des TIC au th√®me de la diversit√© culturelle et linguistique pour construire ce que l'UNESCO appelle une "Soci√©t√© de l'information inclusive o√Ļ la richesse des cultures que la diversit√© repr√©sente sera pr√©serv√©e" ouvre, cependant, des perspectives √† des r√©flexions qui sont li√©es mais souvent sous-estim√©es.

Toutes ces questions ont été cruciales pour la mise en place du Réseau Mondial pour la Diversité Linguistique (RMDL), une initiative qui a commencé dans le contexte du Sommet Mondiale sur la Société de l'Information à Tunis en Novembre 2005. La mission du RMDL est de promouvoir la diversité linguistique comme fondement de l'unité de la communication humaine, engageant dans ce processus continu la société civile, les gouvernements, les organisations internationales, les centres de recherche, les universités et les médias.

ICVolontaires est r√©cemment devenue le secr√©tariat officiel du RMDL, en collaboration avec Linguam√≥n -- Maison des Langues de Barcelone. Ce nouvel engagement t√©moigne de la participation historique d'ICVolontaires comme facilitateur du multilinguisme. En mobilisant des interpr√®tes et des traducteurs aussi bien que des personnes polyglottes pour les conf√©rences √† but non lucratifs, s√©minaires et √©v√®nements qui seraient autrement monolingues, tels que le  International Master of Advanced Studies in Development  ou les Conf√©rences sur les Mines antipersonnel, ICVolontaires contribue √† la diversit√© linguistique, en participant √† des initiatives li√©es aux langues et en apportant son expertise technique dans le domaine.

Marcel Diki-Kidiri, coordinateur du plan d'action du RMDL, croit que "le progrès technologique rend possible l'invention d'une nouvelle architecture qui rendrait l'Internet à la fois inclusive et pleinement multilingue. C'est l'option proposée par l'équipe du projet du Forum Technique Multilingue, une équipe ad hoc du RMDL." Du point de vue de Diki-Kidiri, la fragmentation géographique de l'Internet est un fait, mais pas une fatalité. Il fait remarquer "qu'on peut choisir de s'assurer que la toile reste unie, soit en créant des ponts entre ses fragments ou en construisant un concept beaucoup plus puissant du Réseau comme un espace participatif distribué basé sur l'utilisateur final. Dans un tel système, chaque utilisateur peut employer sa propre langue pour entretenir sa propre relation avec le monde des TIC." Il part du principe qu'il serait possible d'utiliser les deux solutions techniques disponibles dans l'intérêt de la démocratie.

Pendant une conf√©rence organis√©e √† l'Universit√© de Vienne le 20 octobre 2006 Adama Samass√©kou, Pr√©sident de l'Acad√©mie Africaine des Langues (ACALAN) et Pr√©sident de la F√©d√©ration ICVolontaires, a soulign√© le r√īle irrempla√ßable que jouent les langues maternelles de diff√©rents peuples pour garantir leur autonomisation en tant que citoyens actifs, leur permettant d'√™tre des acteurs √† part enti√®re de leur propre d√©veloppement. Il a, en outre, soulign√© l'importance des langues comme instrument pour le d√©veloppement de l'Afrique, o√Ļ plus d'un tiers des 6000 langues humaines sont parl√©es. Il a encourag√© les dirigeants africains √† cr√©er un environnement favorable "o√Ļ les populations ont acc√®s aux connaissances scientifiques et technologiques dans des langues qu'ils peuvent r√©ellement comprendre." Selon M. Samass√©kou, l'Internet est un instrument pr√©cieux aussi bien pour la documentation que pour l'utilisation active des langues. Pourtant, seulement quelques-unes des 2300 langues parl√©es en Afrique sont actuellement pr√©sentes sur la toile. Ceci est un fait que la Soci√©t√© de l'information peut soit accepter et assumer ou bien d√©battre et questionner.

Un des principaux objectifs du RMDL est pr√©cis√©ment de placer quelques-unes de ces questions sur l'agenda du d√©veloppement et de servir comme plateforme d'√©change et organisme facilitant des projets li√©s aux langues, comme par exemple l'√©tude li√©e √† l'utilisation des langues dans le cyberespace africain, coordonn√©e par l'Observatoire de Langues du Japon. Dans le cadre de ce projet, un s√©minaire qui a eu lieu du 26 au 28 juin 2006 √† Bamako, au Mali, a regroup√© des chercheurs d'Afrique, d'Asie et d'Europe, partageant les bonnes pratiques li√©es aux instruments linguistiques utilis√©s et utilisables pour l'inventaire des langues africaines dans le cyberspace. Des chercheurs francophones ainsi que non francophones ont particip√© aux s√©minaires. Afin de rendre les √©changes d'information possibles, ICVolontaires-Mali a mobilis√© des interpr√®tes travaillant du et vers le fran√ßais et l'anglais lors de cet √©v√®nement de trois jours. Un des moments phares du s√©minaire √©tait la pr√©sentation de logiciels et d'outils linguistiques d√©velopp√©s par Dr. Virach Sornlertlamvanich du Laboratoire Linguistique Informatique Tha√Įlandais (http://www.tcllab.org/virach/). Ces outils facilitent la documentation des langues du monde et constituent des outils pour la traduction assist√©e par ordinateur de langues non indo-europ√©ennes.

Les √©v√®nements tel que celui organis√© √† Bamako permettront aux chercheurs d'√©changer des informations et bonnes pratiques √† travers le R√©seau Mondial pour la Diversit√© Linguistique. Le premier plan d'action ayant √©t√© mis au point, le R√©seau pr√©pare actuellement son calendrier pour 2007, b√Ętissant le R√©seau plus solidement, surtout en impliquant des repr√©sentants de gouvernements int√©ress√©s. Les organisations fondatrices du RMDL sont convaincues que l'Internet peut am√©liorer plut√īt que compromettre les langues utilis√©es par un nombre relativement limit√© d'usagers. L'objectif du R√©seau est la bonne utilisation de l'√©norme potentiel qu'offre Internet pour l'utilisation active de langues, en augmentant, par exemple, le nombre de sites bilingues ou multilingues et en √©tudiant des logiciels ou solutions informatiques qui facilitent l'√©criture de langues autres que l'anglais et leur utilisation r√©guli√®re et continue dans le cyberespace.

©1998-2020 ICVolunteers|conception + programmation mcart group|Mis √† jour: 2019-01-28 10:52 GMT|Notre politique|