Commerce équitable en Europe

1er événement à Lyon sur le commerce équitable, 1-3 février 2008
Equipe d'ICV à Equi'Sol
Equipe d'ICV à Equi'Sol
Kema Lemba, French translation Ylana Sttret, traducci√≥n espa√Īola Ana Beltran
04 mars 2008

"Les besoins des petits exploitants diff√®rent peu, qu'il s'agisse de cultivateurs de caf√© (dans le Sud) ou de fruits et l√©gumes (dans le Nord). Les uns comme les autres doivent acc√©der plus facilement au march√© et √™tre en mesure de mieux le contr√īler. Ceci n'est possible que si le consommateur utilise son pouvoir d'achat afin d'encourager des prix justes, un meilleur acc√®s aux ressources de financement pour le petit exploitant ainsi qu'une production durable et respectueuse de l'environnement."
Rink Dickinson, co-directeur de Equal Exchange

C'est à Villeurbanne, près de Lyon, que s'est tenu le tout premier salon du commerce équitable, organisé par Equi'sol ainsi que ses partenaires français et européens. Equi'sol (www.equisol.org), est une association française à but non lucratif créée dans le but de promouvoir des systèmes fiables de commerce équitable. Sur une impressionnante surface d'environ 4000 mètres carrés, des exposants de toute l'Europe, l'Asie, l'Afrique, l'Amérique latine et le Canada ont présenté une grande variété de produits textiles, agricoles ou artisanaux.

ICVolontaires fournissait des services d'interprétation de l'anglais vers le français et vice-versa pour les différents ateliers et tables rondes organisés.
D'apr√®s Olivier Schulz, pr√©sident d'Equi'sol, tous les intervenants, depuis le fournisseur jusqu'au consommateur final, doivent assumer des responsabilit√©s qui varient selon leur   position dans la cha√ģne du produit, responsabilt√©s  allant de la garantie de proc√©d√©s respectueux de l'environnement jusqu'aux ordures m√©nag√®res. En outre, les acteurs de la cha√ģne ont √©galement des besoins √† satisfaire et des objectifs √† atteindre. L'id√©e sous-jacente √† ce salon est de rassembler les diff√©rents acteurs (ONG, acheteurs, organisations de financement, autorit√©s publiques et en effet, les consommateurs) afin de mettre en √©vidence les divergences possibles de leurs objectifs mais aussi leur possible compl√©mentarit√©. On esp√®re ainsi que ces diff√©rents acteurs auront une meilleure conscience de leurs r√īles respectifs, ce qui permettra une coop√©ration plus efficace. Comme l'a soulign√© M. Schulz, ¬ę l'id√©e est que chaque participant soit inform√© de ce que tous les autres font, qu'il s'approprie ces informations, s'y adapte et les int√®gre ensuite √©ventuellement √† son propre syst√®me." Le salon s'articulait autour des th√©matiques suivantes:

  • L'impact exerc√© par les entreprises et les soci√©t√©s sur les pays en voie de d√©veloppement (les pays du Sud)
  • Les march√©s publics
  • La fili√®re textile

Le concept de commerce √©quitable est n√© du d√©sir d'am√©liorer les conditions de vie et de travail de producteurs des pays du Sud. Il s'appuie sur des principes comme un salaire et des prix justes pour tout travail effectu√©, des relations commerciales fond√©es sur des partenariats, le respect de l'environnement, etc. Ainsi, il est fondamental de comprendre l'impact r√©el du commerce √©quitable sur les personnes concern√©es, en particulier celles provenant de pays en d√©veloppement ou en voie de d√©veloppement. Cette forme de commerce se r√©v√®le capitale √† leur survie et facilite la mise en place de projets et de partenariats. A ce titre, il est d'une extr√™me importance de sensibiliser le public √† propos du commerce √©quitable dans les pays qui peuvent en b√©n√©ficier. Cependant, comme l'a soulign√© Jean-Paul Bret, maire de Villeurbanne, les pratiques de commerce √©quitable ne sont pas destin√©es √† profiter aux seuls pays du Sud, mais aussi aux producteurs europ√©ens ne b√©n√©ficiant pas des avantages dont jouissent les grandes soci√©t√©s. Dans la r√©gion Rh√īne-Alpes par exemple, chaque ann√©e, 10 millions d'euros sont consacr√©s √† la promotion et au soutien de projets et d'initiatives de commerce √©quitable. Il s'agit de garantir la mise en place d'accords coop√©ratifs et collectifs durables √† long terme.

L'impact du commerce √©quitable sur les pays en d√©veloppement peut √™tre analys√© √† diff√©rents niveaux: familial, organisationnel, et territorial. Un exemple parfait de r√©ussite √† ces trois niveaux est incarn√© par Banelino, groupe coop√©ratif de plus de 300 petits producteurs issus d'une petite r√©gion de R√©publique Dominicaine. L'association exporte principalement vers l'Angleterre, l'Allemagne et l'Italie. Elle poss√®de une certification Commerce √©quitable accord√©e par la Fair-trade Labeling Organization (FLO) (www.fairtrade.net), une certification Eurepgap (www.eurepgap.org), ainsi qu'une certification Organic. Gr√Ęce √† l'action du commerce √©quitable, Banelino soutient 10 centres √©ducatifs de soins aux nourrissons, aux enfants et aux adolescents. Le groupe poss√®de √©galement une clinique et propose des programmes sanitaires au sein de 15 communaut√©s ainsi que des programmes de fumigation destin√©s √† endiguer la dingue et le paludisme. En outre, il collabore √† la promotion du sport comme moyen de maintenir les enfants et les adolescents √† distance de la drogue et de l'alcool. Les familles directement concern√©es par les plantations de bananes ne sont pas les seules √† avoir am√©lior√© leurs conditions de vie gr√Ęce √† la garantie d'une pr√©sence sur le march√©. D'autres commerces p√©riph√©riques implant√©s dans la r√©gion ont pu prosp√©rer gr√Ęce √† un revenu disponible sur le territoire m√™me.

Toutefois, la réalité n'est pas toujours digne d'un scénario de roman. On observe parfois une absence de synergie et de complémentarité entre acteurs, qui la plupart du temps ne possèdent pas les compétences gestionnelles et financières nécessaires aux activités quotidiennes, à l'élaboration de propositions commerciales, la garantie de responsabilité, la gestion logistique, bien qu'ils puissent faire preuve de compétences techniques. Dans de telles situations, il ne serait pas possible d'obtenir une certification Commerce équitable, sans parler d'un éventuel financement, élément pourtant capital dans toute opération, indépendamment des compétences évoquées. C'est là que doivent intervenir les gouvernements et organisations des pays développés. Ils doivent apporter un soutien minimum en terme de formation et de financement afin de venir en aide aux producteurs marginalisés des pays pauvres et de les amener à un niveau satisfaisant aux critères de certification Commerce équitable. Un des moyens d'apporter une assistance financière sans prendre de risque trop important est de soutenir les institutions locales de microcrédit. Malheureusement, certaines organisations, en particulier les grandes organisations, s'associent au commerce équitable dans le seul but d'accéder aux sources de financement. Le problème est que ces sociétés ne se soucient généralement pas du territoire sur lequel elles sont installées, contrairement aux petits exploitants qui vivent au sein de communautés et essaient d'agir au mieux à moyen et long termes dans un objectif de respect de l'environnement.

Le commerce √©quitable accorde beaucoup d'importance √† un march√© public √©thique et responsable. La pression croissante exerc√©e sur les producteurs afin qu'ils produisent des quantit√©s toujours plus importantes est un sujet de pr√©occupation faisant craindre une productivit√© telle que l'environnement pourrait en √™tre d√©grad√©. On peut citer par exemple l'usage d'engrais visant √† acc√©l√©rer le m√Ľrissement de certains fruits et l√©gumes. On craint √©galement que cette augmentation de la demande ne permette aux grandes entreprises de pr√©texter que contrairement aux petits producteurs, elles seraient capables de pallier √† la p√©nurie. Elles pourraient pr√©tendre √† une certification FLO sans m√™me remplir tous les crit√®res requis. Mais cette menace a √©t√© √©cart√©e par la garantie pour les petits exploitants d'√™tre repr√©sent√©s au sein de la FLO afin qu'ils participent au processus d'attribution des certifications. Les acheteurs doivent b√©n√©ficier d'une information la plus compl√®te possible sur l'origine de leurs produits et doivent agir avec responsabilit√©. Une autre question est celle d'acheter ou non des produits impliquant le travail des enfants dans leur processus de production, ce qui ne fait qu'encourager de telles pratiques. Ces acheteurs doivent pr√©ciser clairement quelles sont leurs conditions d'achat et s'assurer que toute infraction de celles-ci annulera les accords. Les conditions du commerce √©quitable doivent √™tre n√©goci√©es et le meilleur moyen d'y parvenir est de mettre en place des plateformes de commerce √©quitable ainsi qu'une r√©glementation √©tablissant des crit√®res. Ainsi, on est sans aucun doute sur la voie du march√© public responsable.

Le coton est un produit extr√™mement controvers√©. On compte un nombre relativement √©lev√© d'intervenants entre le stade de production de cette mati√®re premi√®re et le produit final (tissus). Le secteur textile du commerce √©quitable est donc un secteur tr√®s complexe comprenant trois principales √©tapes que sont la production, la transformation et la distribution. Le commerce √©quitable travaille avec des producteurs des pays en d√©veloppement en les aidant √† accro√ģtre leurs capacit√©s techniques, gestionnelles et √©conomiques afin d'encourager un commerce plus durable. Il essaie d'encourager les producteurs √† progresser et √† faire de leur coton un produit plus raffin√© encore. L'√©tape de la distribution est l√©g√®rement plus compliqu√©e du fait qu'elle comporte des obstacles d'ordre l√©gal, logistique et √©conomique, les exigences des consommateurs, la r√©gulation des √©changes, la concurrence, etc. Les pratiques du commerce √©quitable doivent prendre en compte tous ces facteurs et de nombreux autres afin de garantir un rejaillissement des b√©n√©fices jusqu'au consommateur final.

Il ne faut pas oublier le fait que les gouvernements concern√©s doivent jouer un r√īle important dans le succ√®s du commerce √©quitable car ce sont les principaux acteurs responsables du bien-√™tre de leurs citoyens, des organisations, des institutions et des entreprises en ce sens qu'ils fournissent une plateforme ainsi qu'un cadre qui facilite toutes les activit√©s relatives au commerce.

Dans l'√©conomie mondiale actuelle, les r√©gulations r√©gissant la pratique de prix justes aupr√®s des producteurs ont √©t√© supprim√©es par la lib√©ralisation des √©changes pour les produits, les services et les capitaux. C'est ainsi que s'installe "la loi du plus fort." Le commerce √©quitable apporte de l'espoir aux plus faibles en leur permettant de survivre face aux grandes soci√©t√©s.

"Pratiquer des prix justes est une solution qui nous a permis de payer correctement nos agriculteurs. Ceux qui n'ont pas encore rejoint le commerce équitable désirent le faire. C'est une bonne opportunité pour nous et cela nous donne du courage."

Benjamin Cholotìo, cultivateur de café Guatémaltèques.
"Le commerce équitable s'inscrit au sein d'un large mouvement de responsabilité sociale des entreprises, influencé par le désir général de travailler avec des entreprises engagées pour la qualité des conditions de travail, le bien-être de l'environnement et des travailleurs."
Mac McCoy, President de the Tibet Collection

Pour plus d'informations: www.salon-europeen-commerce-equitable.org

©1998-2019 ICVolunteers|conception + programmation mcart group|Mis √† jour: 2019-01-28 10:52 GMT|Notre politique|