Forum Humanitaire Mondial

Première réunion annuelle 2008: le visage humain du changement climatique
Sir Robert Branson, Chairman of Virgin Group, speaking at First Global Humanitarian Forum, Photo V. Krebs
Sir Robert Branson, Chairman of Virgin Group, speaking at First Global Humanitarian Forum, Photo V. Krebs
Irene Amodei and Catherine Matovu, traduction fran√ßaise Ylana Sttret, traducci√≥n espa√Īola Ana Beltran
22 juillet 2008

La réunion annuelle du Forum Humanitaire Mondial, qui a eu lieu à Genève les 25 et 26 juin 2008, a été une excellente occasion pour ICVolontaires de présenter son expérience en matière d'organisation de conférences internationales. L'assemblée a également permis de collaborer avec un partenaire prestigieux sur un sujet aussi capital que le changement climatique. GHF est présidé par S.E. M. Kofi Annan et la première réunion annuelle a permis de réunion une série d'invités prestigieux.

ICVolontaires a non seulement fourni un coordonnateur pour les services de conférences ainsi qu'un assistant de projet, mais a également mobilisé un grand nombre de volontaires enthousiastes chargés d'assurer le bon déroulement de la conférence. "Les services qu'ils ont fourni, à savoir l'accueil et l'inscription des participants, la vérification des badges, l'impression et la gestion de documents relatifs à la conférence, l'élaboration de rapports et l'interprétation, ont été d'une importance capitale au cadre général de la conférence", tels étaient les propos de Walter Fust, directeur général du Forum, lors des remerciements.

Ci-dessous, un rapport rédigé par les reporters d'ICV à l'occasion d'un débat sur la justice face au climat.

Justice face au climat dans une écosphère commune

Les effets néfastes du changement climatique continuent de marquer les esprits. Plus que jamais, les populations à travers le monde, en particulier celles des pays en développement, subissent les conséquences du réchauffement de la planète, payant ainsi pour les agissements et les choix des véritables pollueurs. Mme Mary Robinson, Présidente de l'ONG Realizing Rights et modératrice de la session, a abordé le thème capital de la justice et de l'équité face au climat, "dont l'importance", a-t-elle fait remarquer, "doit être reconnue de toute urgence à la fois dans le cadre du débat politique et des mouvements à base sociale".

Le droit de prot√©ger notre environnement est-il un droit fondamental de l'homme? Oui. Du moins, d'apr√®s M. Maumoon Abdul Gayoom, Pr√©sident des Maldives, qui - comme l'a rappel√© Mme Robinson - a r√©cemment pr√©sent√© un projet de r√©solution aupr√®s du Conseil des Droits de l'Homme. Le projet propose d'introduire un nouveau droit universel qui serait le droit √† un environnement s√Ľr et durable. Au cours du d√©bat, le Pr√©sident Gayoom a attir√© l'attention des participants sur la vuln√©rabilit√© particuli√®re des petits √Čtats insulaires tels que les Maldives, o√Ļ le territoire a √©t√© r√©duit aux deux tiers en raison de l'√©l√©vation du niveau de mer et l'√©rosion des terres. "C'est une catastrophe d'ampleur inimaginable", a-t-il d√©clar√©, avant de faire remarquer que les pays comme les Maldives participent peu au r√©chauffement de la plan√®te et sont pourtant les premi√®res victimes de ses cons√©quences. Le Pr√©sident Gaymoom a propos√© qu'une approche fond√©e sur les droits pourrait √™tre la voie vers une r√©solution juste et √©quitable du probl√®me. "Nous voulons retrouver nos terres. J'ai tent√© d'alerter l'Assembl√©e g√©n√©rale des Nations Unies sur les effets du changement climatique au cours des vingt derni√®res ann√©es. Pourquoi le monde n'a-t-il pas pris des mesures pour rem√©dier √† cette situation?".

Le Président a soutenu que le principal défaut de la diplomatie du changement climatique résidait dans le fait qu'elle s'était presque exclusivement concentrée sur les aspects scientifiques des causes et des effets. "Le changement climatique a été trop souvent perçu comme une projection scientifique. Le consensus scientifique sur le changement climatique a été aussi important que difficile à obtenir. La communauté internationale n'a pourtant pas réussi à le traduire en un projet tout aussi convaincant la manière dont les conséquences du réchauffement de la planète sont ressentis par les personnes et les communautés à travers le monde". En d'autres termes, le monde n'a pas réussi à humaniser le changement climatique.

Les plus pauvres sont les premiers √† subir les cons√©quences de la d√©gradation de l'environnement √† l'√©chelle plan√©taire. Selon Yvo de Boer, Secr√©taire Ex√©cutif de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), les glaciers de l'Himalaya fondent rapidement et bient√īt, les populations vivant dans cette r√©gion n'auront plus d'eau potable. En outre, d'ici √† 2020, entre 75 et 250 millions de personnes en Afrique devraient √™tre expos√©es √† une augmentation des p√©nuries d'eau caus√©es par le changement climatique. Il est urgent de parvenir √† un accord mondial. "Le changement climatique est un probl√®me environnemental dont la solution est d'ordre √©conomique", a d√©clar√© M. Boer. Les chefs d'√Čtats doivent √™tre tenus pour responsables des cons√©quences du changement climatique, et il est n√©cessaire d'obtenir un engagement mondial visant √† limiter les √©missions de gaz √† effet de serre ainsi que de importantes mesures d'adaptation.

Sollicité à son tour sur la question de la justice face au climat, Ricardo Lagos, Envoyé Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour le changement climatique et ancien président du Chili, a déclaré que "même s'il existe un grand responsable, nous sommes tous fautifs et devons faire des efforts". Il a souligné la nécessité d'une collaboration entre pays en développement et pays développés. Bien que la distinction entre ces deux groupes et leurs responsabilités respectives soit indéniable, une approche commune est cependant indispensable pour prévenir les dommages causés par le réchauffement de la planète. "Les pays en développement et les nouveaux pays émergents ne doivent pas reproduire les erreurs commises par les pays développés", a soutenu M. Lagos. Il a également recommandé une augmentation des investissements dans le développement de nouvelles technologies, a souligné la nécessité d'une intervention multifactorielle et a fortement encouragé la création d'un nouveau paradigme, celui d'un "développement juste et durable".

La technologie continue de jouer un r√īle important dans le d√©veloppement mondial. Mais suffit-elle √† surmonter les effets du changement climatique? Sir Robert Branson, directeur du Virgin Group, d√©clare que les scientifiques et les ing√©nieurs doivent travailler ensemble afin de trouver des solutions telles que la mani√®re d'extraire le dioxyde de carbone de l'atmosph√®re. Dans le m√™me temps, en qualit√© de propri√©taire d'une compagnie a√©rienne, M. Branson a ajout√© que les industries en g√©n√©ral doivent payer pour la pollution qu'elles produisent et devraient √™tre tax√©es. A ce sujet, M. De Boer a fait observer que "les taxes ne sont qu'une partie de la solution", et que les syst√®mes et r√®gles d'√©change doivent aussi √™tre pris en compte.

La question du manque de volont√© et d'initiatives de la part des politiques a √©t√© soulev√©e de nombreuses fois au cours du d√©bat qui a suivi les diff√©rentes pr√©sentations. L'assembl√©e a pos√© la question suivante: "Qui dans le monde est responsable?". R√©ponse de M. Lagos: "Personne. Ne cherchez pas √† d√©signer des personnes en particulier. Nous sommes tous responsables". En outre, comme l'a soulign√© M. Jeffrey Sachs, Directeur du Earth Institute de l'Universit√© de Columbia, la responsabilit√© mondiale correspond parfaitement  √† l'ampleur mondiale du probl√®me du changement climatique. Il a conclu: " La question du r√©chauffement climatique est d'ordre mondial et n'affecte pas seulement les pauvres. Il est important de ne pas limiter notre point de vue aux personnes pauvres, car il est question de l'humanit√© dans son int√©gralit√©".

©1998-2019 ICVolunteers|conception + programmation mcart group|Mis √† jour: 2019-01-28 10:52 GMT|Notre politique|