Projet de Mesure du Bénévolat en Europe

Article by Diego Beamonte, traduction française Kate O'Dwyer, traducción española Ana Beltrán
03 octobre 2011

Le bénévolat/volontariat est une ressource renouvelable essentielle pour la résolution des problèmes sociaux et environnementaux, mais une gestion efficace nécessite une meilleure information et un environnement politique propice. Pendant quelques jours, du 28 au 29 septembre 2011, ICV a participé à un atelier technique organisé par le Projet de Mesure du Bénévolat en Europe qui a eu lieu à Varsovie.

Lancé pendant l’Année Européenne du Bénévolat 2011, le Projet de Mesure du Bénévolat en Europe est une collaboration entre le Centre Européen du Volontariat (CEV), Centro di Servizio per il Voluntario del Lazio (SPES), les auteurs du  International Labour Organization (ILO) Manual on the Measurement of Volunteer Work (Manuel du BIT sur la mesure du bénévolat) et le Johns Hopkins Center for Civil Society Studies (CCSS). Le but de ce projet est la diffusion dudit Manuel et la promotion de sa mise en œuvre à travers l’Europe afin d’aider à assurer une meilleure quantification et information du bénévolat.

Une collecte des données précises et comparables sur le bénévolat est la meilleure façon pour assurer une politique favorable et une gestion efficace des questions liées au travail volontaire au niveau régional, national et européen. Cela permet d’assurer que cette ressource cruciale renouvelable réponde aux problèmes sociaux et environnementaux avec son plein potentiel. En fait, le bénévolat/volontariat est crucial pour le secteur sans but lucratif : dans les pays développés (industrialisés), 44% de la main-d'œuvre non lucrative est assurée par des bénévoles. Rien qu'en Suisse, 2,6% de la productivité globale repose sur des bénévoles/volontaires, alors qu'en Suède il s'élève à 7,1%, selon le projet de comparaison internationale du secteur sans but lucratif réalisé par l’Université Johns Hopkins. Cependant, seule une poignée de pays disposent de données fiables et comparables sur la mesure du bénévolat/volontariat. Par conséquent, le bénévolat/volontariat reste sous-évalué et ses potentialités ne sont pas suffisamment valorisées. Cette réalisation est ce qui a motivé l'élaboration du Manuel du BIT.

L'importance du bénévolat est souvent sous-évaluée d’un point de vue économique. Toutefois, des améliorations en matière de responsabilisation et de mesure du travail bénévole/volontaire au Canada ont abouti à des résultats surprenants. Une étude comparative entre la contribution des bénévoles/volontaires et des travailleurs de certaines industries révèle que la contribution des bénévoles/volontaires s’élève à 0,1 milliards de dollars du PIB, contre 0,1 milliards pour l’industrie automobile et 0,8 milliards le secteur agricole.


Un des aspects clés du bénévolat est de contribuer, proactivement, à l’amélioration des aspects sociaux et environnementaux de nos vies quotidiennes. Toutefois, comme nous voyons des données expliquées ci-dessus, le bénévolat, si mesuré correctement, peut aussi avoir un impact positif sur la société. L’emploi des sondages, de la comptabilité et de la clarté conceptuelle ne documentera pas seulement la contribution économique des volontaires, mais il encouragera également le soutien pour des mouvements bénévoles.

Mme Krebs est retournée au siège d’ICVolontaires à Genève, Suisse, avec le but de donner une voix aux volontaires et de contribuer à leur reconnaissance en Europe et dans le monde en augmentant leur visibilité et leur crédibilité. En accord avec le Manuel du BIT, ICV souhaite déployer des efforts pour promouvoir une meilleure connaissance et gestion du bénévolat/volontariat, afin de mettre en exergue le travail fait par les centres de promotion du bénévolat et de documenter l’impact énorme des efforts des bénévoles/volontaires, avec une diffusion des données et des résultats.

©1998-2014 ICVolunteers|conception + programmation mcart group|Mis à jour: 2014-02-24 08:05 GMT|Notre politique|